Divers textes supprimés

 

" Que ce soit un mouvement pour tracer, sculpter, ou un mouvement de danse, je cherche l'expression de la vie par le geste. Je cherche la présence à ce qui est, la disponibilité et l'écoute, pour que puisse se révéler, à travers la forme, le dessin ou le corps, une part d'invisible. La présence implique une ouverture à ce qui est dans le corps et à ce qui le traverse. Ainsi, deux dimensions coexistent dans mes créations: l'extraction de mémoires anciennes inscrites dans le corps, et l'accueil de l'inconnu ou de l'étrange qui se révèlent à travers le corps et le geste."

"À Corps" explore le féminin, l'intime, la résilience

"Au Bord d'un monde" est une création en duo avec Philippe Ollivier, elle invite en lisière d'un ailleurs

Au bord d'un monde

Dans les deux formes vivantes d’Au bord d’un monde, cette rencontre artistique confronte le geste à la matière sonore. Le bandonéon électroacoustique de Philippe Ollivier protège et enveloppe la danse de Noëlle Deffontaines qui est force et fragilité et se fond dans la musique. En tout moment elles sont l’une dans l’autre et font corps dans l’espace de jeu.

La danse est chargée de sable, d’eau et de rocs, chargée de sons, de lumière et d’images. Elle compose avec le minéral et l’organique, elle parle de vie, de métamorphose.

En appliquant les effets de Logelloop sur des sons produits par le bandonéon, et par la multidiffusion du son sur 6 haut-parleurs enveloppant le public, Philippe Ollivier réalise un travail d’étirement qui modélise le temps tout autant que l’espace. Commence alors l’improvisation, forte d’une l’écoute totale.

Au bord d’un monde est une création hybride : musique électroacoustique, danse, arts visuels, vidéo , 

et polymorphe : spectacle, performances, installation, exposition. Elle est constituée de différentes parties qui interagissent : OreKosm, eKor et KorFolium. C'est une création en constante évolution.

Au bord d’un monde est un projet transversal : musique électroacoustique, danse, arts visuels, vidéo 

et polymorphe : spectacle, performances, installation, exposition.

Au bord d'un monde est le point de rencontre où Philippe Ollivier et Noëlle Deffontaines se placent pour entremêler leurs recherches et leurs pratiques artistiques et laisser émerger des formes nouvelles.

La création comprend :

- OreKosm, un spectacle danse/musique/vidéo

- eKor, une performance en extérieur

- KorFolium : une installation PhotoSonore et une exposition photographique

Dans les deux formes vivantes d’Au bord d’un monde, cette rencontre artistique confronte le geste à la matière sonore. Le bandonéon électroacoustique de Philippe Ollivier protège et enveloppe la danse de Noëlle Deffontaines qui est force et fragilité et se fond dans la musique. En tout moment elles sont l’une dans l’autre et font corps dans l’espace de jeu.

La danse est chargée de sable, d’eau et de rocs, chargée de sons, de lumière et d’images. Elle compose avec le minéral et l’organique, elle parle de vie, de mort et de désir.

En appliquant les effets de Logelloop sur des sons produits par le bandonéon, et par la multidiffusion du son sur 6 haut-parleurs enveloppant le public, Philippe Ollivier réalise un travail d’étirement qui modélise le temps tout autant que l’espace. 

Danse

Pour Noëlle Deffontaines, le temps est un espace de passage, un lieu de traversée. Dans la danse, l'espace scénique est un lieu de transformation, un entre-deux au travers duquel le corps se fraie un passage. C'est un espace de vie, de lutte, de renaissance, de jeu où la désarticulation, la déconstruction du geste et de la forme permettent la métamorphose. C'est un ailleurs, un espace suspendu où la danse fait corps avec l'étrange et l’inconnu. 

"À corps"

 

À corps" est un triptyque : une création visuelle,

un moment dansé et des écrits. 

C'est aussi une recherche pluridisciplinaire

qui questionne l'existence.

 

Cette création multiforme pose notamment des questions sur l'humain,

la rencontre et l'art : comment devenir ce que je suis ? Quel est le rôle essentiel de l'autre dans les transformations de soi ? 

Quel peut être le rôle de l'art pour celui qui crée et pour celui qui le perçoit ?

 

Partant du corps et de ce qui s'y inscrit, "À corps" permet et révèle une transformation par le corps et dans le corps.

© 2019 Noëlle Deffontaines